8 idées reçues (qu’il faut absolument oublier) sur les jeux-vidéo

By -
Oubliez vos préjugés et les études publiées par les journaux rabat-joie. Dans un monde où les enfants naissent avec une console entre les mains, il n’est plus nécessaire de se faire du souci pour rien. Empoignez vos manettes, lisez ce top et jouez sans avoir peur de devenir un serial-killer.
1 – Les jeux-vidéo ne sont pas faits pour les filles
52%. Telle serait la part des femmes qui jouent aux jeux-vidéo. Les dernières études réalisées par le Syndicat National du Jeu Vidéo ont révélé qu’un joueur sur deux est en réalité une joueuse.
Mathilde, étudiante en deuxième année à l’école ARIES à Lyon, s’insurge face aux préjugés: « Je veux travailler dans le monde des jeux-vidéo. Il y a de plus en plus de filles dans ce domaine, et même qui jouent. Dans ma classe, la moitié des élèves sont des filles, et ça va encore progresser! »
2 – Les jeux-vidéo ne s’adressent qu’à un public adulte
En 2013, les jeux s’adressant à un public âgé de 7 à 16 ans représentaient 36,5% de la part de marché des jeux en France. Tablettes, consoles de salon ou portables, la technologie est entrée dans le monde des plus jeunes. Les enfants iraient naturellement vers les tablettes ou smartphones, dans le but de mimer leurs parents. Il faut savoir que 40% des joueurs sont parents, et parmi eux, 65% jouent avec leurs enfants.
Catherine, 38 ans, ne s’intéresse pas aux jeux-vidéo mais souhaite que ses enfants puissent profiter du monde vidéo-ludique en toute sécurité: « Je sais que mes enfants seront confrontés à un univers que je ne connais pas. J’essaie donc de me renseigner pour pouvoir leur acheter des consoles et des jeux adaptés. Je peux les laisser jouer et avoir l’esprit tranquille ».
3 – Les jeux-vidéo sont nocifs pour les enfants
« Ma fille Maïly joue depuis ses un an. Elle est allée naturellement vers mon smartphone, alors depuis je lui achète des jeux éducatifs et ludiques. Dès son arrivée en maternelle, elle savait déjà recopier les lettres et compter jusqu’à 20. L’instituteur m’a confirmé que ça l’aidait à mieux comprendre certaines choses et à parfois prendre de l’avance » explique Cynthia, 22 ans.
Isabela Garnic, doctorante originaire des Pays-Bas, a conduit une étude prouvant que les jeux-vidéo seraient bénéfiques aux enfants. L’étude sera relayée dans le magazine américain « American Psychologist » et expliquera qu’un jeu vidéo, même violent, serait bénéfique pour le développement de l’enfant. La mémoire, la perception et la concentration seraient également stimulées lorsque l’enfant joue. Avec des jeux adaptés, les plus jeunes peuvent donc stimuler leurs sens ou leur reconnaissance visuelle par exemple.
4 – Les jeux-vidéo conduisent au repli sur soi
« J’ai rencontré pas mal de gens super sympa avec qui je reste en contact. On se retrouve en ligne tous les jours, on parle on rigole ensemble… Cela fonctionne même avec des personnes vivant à l’étranger: récemment je me suis liée d’amitié avec un groupe de Gallois. Les jeux vidéo ça peut ouvrir au monde et on peut avoir des amis « virtuels » au même titre que ceux que l’on a sur Facebook. La seule différence, c’est qu’on peut jouer avec eux. » explique Mathilde, fervente joueuse de League Of Legends.
5 – Les jeux-vidéo ne sont pas accessibles pour les plus « vieux »
Les chiffres de cette année 2013 ont pu faire exploser l’idée des « joueurs-ados »: l’âge moyen des joueurs s’élève à 41 ans. Et selon les dernières statistiques du Syndicat National du Jeu Vidéo, les joueurs les plus « actifs » sont des femmes, âgées de 30 à 50 ans. De plus, les jeux-vidéo pour public mature sont en pleine expansion, et représentent 29,9% de la part de marché des jeux en France.
Nathalie, 46 ans, ne se sent pas du tout exclue du monde vidéo-ludique: « J’aime bien jouer à condition que l’on m’explique. Nous ne faisons pas partie de la génération jeux-vidéo mais cela ne m’empêche pas de jouer assez régulièrement, surtout lors de soirées entre amis. Je sais qu’une partie de Wii Play nous fera passer un bon moment avec beaucoup de fous rires! »
6 – Les jeux-vidéo ne peuvent pas aboutir à des projets sérieux
« Quand on fait du jeu-vidéo, on peut écrire, dessiner, imaginer un univers, faire de la musique, offrir des réflexions, de la contemplation, des émotions, de l’amusement et, par-dessus tout, laisser au public la possibilité d’entrer dans son univers. […] J’ai donc choisi, après ces quelques temps de voyage dans l’imagination, de me mettre au jeu-vidéo, peu importe le regard que d’autres pouvaient avoir sur le média, son potentiel était là » déclare Bibux, apprenti en Game Design.

L’industrie du jeu vidéo est en mutation et connaît une forte croissance, même en ce contexte de crise. Le jeu vidéo devrait générer près de 66 milliards d’euros de chiffre d’affaire en 2013. Si les joueurs sont 10% plus nombreux que l’année dernière, le chiffre d’affaire grimpe de 17%. Cette année, le monde vidéo ludique a permis de créer environ 23.000 emplois (directs et indirects), et les entreprises liées à l’univers du jeu voient leur croissance aller jusqu’à 10% annuels.

7 – Les jeux-vidéo ont un effet négatif sur l’endormissement
Une étude publiée dans le « Journal of Clinical Sleep Medecine » prouve que jouer à un jeu vidéo avant de s’endormir n’aurait aucun effet négatif sur l’endormissement, ou sur le sommeil en lui-même. Violents ou non, les jeux-vidéo auraient absolument le même effet que toutes les autres activités pratiquées via un écran (téléphone portable, télévision, ordinateur).
« Après 50 minutes de jeu (Call Of Duty: Modern Warfare), il aura fallu seulement 7 minutes et demie en moyenne au groupe d’adolescents témoins (uniquement des garçons entre 14 et 18 ans) pour trouver le sommeil » relate Le Figaro.

8 – Les jeux-vidéo sont abrutissants
« Tous mes amis gamers et moi-même avons progressé en anglais grâce aux jeux! » déclare Marc, 24 ans, ingénieur en développement logiciel. Tout comme pour les enfants, cités au 3ème point de ce top, les jeux-vidéo peuvent aussi être éducatifs pour les adultes. Au-delà de l’amélioration de certaines capacités comme la concentration ou l’organisation, les jeux peuvent également enrichir la culture de certains joueurs: « On peut tout à fait dire que certains jeux retracent certains éléments passés de notre Histoire et de nos civilisations (comme « Age Of Empires » ou « Assassin’s Creed »). On se replonge dans le passé en jouant car les concepteurs ont fait un magnifique travail en demandant à des historiens de participer à la conception du scénario. De fait, ces jeux avec une dimension historique permettent d’apprendre de nombreuses choses de façon ludique! » explique Antoine, 20 ans.

Julien Gattegno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *